La détresse des surdoués

http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/820639/la-detresse-des-surdoues.html

la détresse des surdoués

 Des capacités mais en échec scolaire?????

Un mythe de l’enfant surdoué existait : c’était l’enfant brillant, premier de classe, très fort en mathématique et polyglotte.

Aujourd’hui, un nouveau mythe voit le jour : pour être à haut potentiel, il faut impérativement échouer à l’école.

ll n’y a pas de corrélation entre réussite scolaire et haut potentiel. Certains HP seront brillants, d’autres dormiront près du radiateur, d’autres encore échoueront totalement, abandonnant les études avant l’obtention du CESS.Ces différences au niveau de la réussite scolaire sont liées au mode de fonctionnement des personnes. Un HP avec une prédominance hémisphérique gauche, correspond à un mode de fonctionnement séquentiel, étape par étape. C’est, en général, la manière dont sont abordées les matières scolaires, le jeune sera brillant à l’école. Un HP avec une prédominance de l’hémisphère droit aura une pensée beaucoup plus en arborescence. Ce type de fonctionnement est naturellement moins adapté à l’école.Les jeunes HP, en décrochage scolaire sont souvent perçus par les enseignants comme intelligents, capables mais très paresseux.Les difficultés sont plurielles et pas seulement liées à un manque de travail.-Manque de méthode de travail-Mémorisation globale-Lecture trop rapide des consignes-Réponse « à côté de la plaque »

-Echecs scolaires

-Plus confiance en ses capacités

-Plus de motivation

-…

Un travail est nécessaire avec le jeune HP

1° Recevoir le diagnostic de haut potentiel

2° Le comprendre et l’accepter

3° Comprendre son fonctionnement et celui de l’école

4° Changer ou apprendre une méthode de travail

5° Se mettre des défis et les réussir

L’asbl Relaxeau a mis en place des groupes de coaching scolaire pour adolescents du secondaire à haut potentiel.

Les jeunes se relèvent assez rapidement et se prennent en main.

Les parents se sentent soutenus et peuvent lâcher prise.

L’ambiance familiale s’en trouve détendue.

Catherine Devreux

Psychologue