Le vilain petit canard

Une cane couve ses poussins. Les œufs éclosent. 

Ils sont sept. Sept beaux petits canetons. 

Mais un caneton est différent. 

Il ne comprend pas qui il est, il ne comprend pas l’agressivité, les moqueries des autres, il se sent tellement seul.

Le temps passe et le petit canard, comme ses frères et sœurs grandissent.

Il devient de plus en plus différent.

Un jour, il réalise que sa différence n’est pas une tare, mais juste une différence.

Notre canard est un cygne majestueux. 

Tout le monde connait ce conte d’Andersen.

Belle métaphore du haut potentiel: se découvrir HP pour enfin prendre son envol.

Nos caractéristiques d’HP peuvent être bien fatigantes : cette hypersensibilité, ces émotions positives et/ou négatives qui nous tombent dessus sans crier gare, cette solitude tellement pesante, même ou surtout en société, cette fatigue relationnelle, ce besoin d’intensité…

Même s’ils existent, Je ne veux pas m’appesantir sur ces points négatifs, il y a aussi tout le positif qui accompagne ces difficultés. Le tout est encore d’ouvrir les yeux et d’arriver à les percevoir. 

Comme le cygne du conte d’Andersen, il nous faut du temps pour apprendre à voir le beau qui sommeille en nous. Prenez ce temps, apprenez à vous connaitre, apprenez à vous aimer… 

Comment ? Me demanderez-vous ?

Observez vos réussites !

Encore faut-il les voir…  Ce fichu complexe de l’imposteur nous fait bien souvent nier nos réussites. Que faire alors ? 

-Déjà écouter les personnes qui nous aiment. Ce sont les personnes qui nous diront avec vérité ce qui est bien et oseront aussi nous dire avec douceur ce qui ne va pas. 

-A chaque pensée négative, trouvons en sept positives. Pas possible me direz-vous ? Et bien si, c’est tout à fait possible. Nous avons assez d’imagination pour trouver.

Prenez soin de vous !

-Dans la mesure du possible, écoutez vos émotions.

-Apprenez à vous respecter. C’est le début d’un aller mieux. Se respecter c’est pouvoir aussi dire non, sans crainte.

-Apprendre aussi à ne plus dépendre du regard des autres. Importe-t-il réellement ? Certains vous aimeront, d’autres ne vous aimeront pas. Il faut l’accepter, c’est la vie.

On a parfois peur de devenir égoïste en prenant soin de nous-même. Tout du contraire, en prenant soin de nous, nous pouvons être plus disponible à l’autre !

Et si cela ne va pas, n’hésitez pas à vous faire aider…

Prenez votre envol, c’est tout ce que je vous souhaite !

Catherine Devreux- Le 10 Février 2019