DISSOCIATION

etats-du-moi

Quand un enfant vit dans un milieu insécurisant, difficile, ou quand il vit des moments traumatisants, celui-ci peut mettre en place un moyen de défense qui s’appelle la dissociation.

Prenons un exemple:

Dans une famille, papa est alcoolique. Il a des comportements instables: par moment positif mais à d’autres moments il peut être violent verbalement (ou physiquement). L’enfant présent vit dans un état d’insécurité: « comment sera papa maintenant? ». Il va développer deux parties de lui: une partie qui voudra s’attacher au parent insécurisant et une partie fuyante. Une partie poussant à vivre, à avancer, mais une autre partie ayant peur de vivre, d’avancer et bloquant ce processus. Ce mode de défense était positif dans l’enfance, lui permettant de ne pas sombrer. Mais adulte, les parties sont encore présentes et peuvent le bloquer. On peut ressentir beaucoup d’ambivalence dans leur fonctionnement: « je veux, mais ne peux pas »… « j’ai envie d’avancer, mais cela bloque »… « je voudrais maigrir, mais je n’y arrive pas »…

Le travail sur la dissociation permet de tenir compte de ses parties intérieures et d’avancer dans la vie.

Catherine Devreux et Déborah Devreux, psychologues sont formées à la dissociation structurelle